Live Report

Live Report 2011
-Accéder aux live reports :
 
 
 
TURISAS + CRIMFALL
Nouveau Casino – Paris – 21 mars 2011
 
 
Report par Benjamin « thereaperchild » CRETIN

Pictures by Marine CREPIAT / Metal Obs’


La date organisée en ce lundi 21 mars par Base Productions au Nouveau Casino de Paris est une des premières en tête d’affiche pour les Finlandais de TURISAS, qui viennent juste de terminer une tournée en compagnie de Cradle Of Filth aux Etats-Unis. Ils embarqueront prochainement dans une séries de dates en support des teutons de Die Apokalyptischen Reiter. C’est une belle journée de printemps qui attend les membres du quintet. Car Netta Skog, l’accordéoniste, ne sera pas présente pour des raisons de santé (elle a quitté la tournée américaine avant la fin). J’ai la chance de discuter avec Olli, le violoniste, à propos de l’orientation plus symphonique du dernier opus, Stand Up And Fight. Il est vrai que tous ceux qui attendaient un Battle Metal n°2 ont dû être déçus, mais qu’importe, il s’agit d’un choix du groupe (assez classe d’ailleurs). Ce même Olli est content de l’accueil de ses fans français, et c’est sans doute pour cela que tous les membres viendront devant la salle discuter avec le public (ils seront d’une extrême gentillesse).


Car il s’agit d’une première pour le groupe, la première tête d’affiche française. Mais parlons un peu du concert. Ce sont leurs compatriotes de CRIMFALL qui se chargent d’ouvrir le bal. Ces derniers officient dans un folk symphonique assez sympathique. Mais le problème vient du fait que de longues parties sympho’ coupent l’enthousiasme de passages plus folkloriques. La chanteuse et le chanteur ont respectivement de très bonnes vocalises. Les parties instrumentales, samplées, sont de qualité. Mais les cassures de style (et de rythme) ne permettent pas de profiter d’une performance de qualité, mais tellement frustrante. Le groupe aura cependant bien chauffé la salle.


TURISAS. C’est aux environs de 21 h que l’intro de Battle Metal, Victoriae & Triumphi Dominus, retentit. Le public parisien est surchauffé, scandant des ‘Turisas’ et ‘Battle Metal’ à n’en plus pouvoir. D’ailleurs, on présente souvent le public parisien du ‘tout ou rien’. Eh bien, ce soir, ça sera plutôt ‘tout’. Les mâles arrivent un par un sur scène, et sont vêtus de peaux de bêtes et grimés de peintures guerrières. Le premier morceau, extrait du fameux premier album, est rapide et donne furieusement envie de headbanger. Un bel hymne guerrier pour entamer les hostilités (‘this cursed war will swallow us all’) !



Il commence à faire bien chaud au Nouveau Casino. Après avoir enchaîné avec « One More », du même 1er opus, un autre classique, le groupe remercie l’audience d’être là pour cette première date en headlining en France. Et est content d’être de retour en Europe, terre d’Histoire, ‘de la vraie nourriture et de la bière’, d’après Mathias, le chanteur. Ce dernier, particulièrement en voix ce soir, nous promet des classiques, mais aussi de nouveaux titres. L’enchaînement entre les nouveautés et des deux albums précédents passe bien. Ces nouveautés passent très bien le cap du live, notamment ce « Stand Up and Fight », fédérateur. « Miklagard Overture » clôt la première partie du set, en faisant une belle conclusion épique avant les fameux rappels. Et comme TURISAS est connu pour ce titre, c’est le « Rasputin » de Boney M, rallongé de 4 minutes pour l’occasion, qui sera interprété. Le violon est vraiment bien mis en avant dans le mix, sans pour autant couvrir les autres instruments. Ce sera un son plutôt équilibré. Et pour conclure, « Battle Metal » ! Car tout le public va crier ce titre bien fort. La température aura bien monté ce soir ! Les Finlandais remercient donc longuement le public avant de se retirer dans les backstages.



En conclusion, on a affaire ici à un groupe qui gâte bien ses fans, est très sympathique sur scène, et est sincèrement proche de son public. On ne peut donc que se réjouir de cette première parisienne, qui en amènera certainement d’autres. On se verra au Hellfest, messieurs. Un spectacle à ne manquer sous aucun prétexte ! Vivement la prochaine !


PS : De chaleureux remerciements à Base Productions pour avoir organisé une si belle date.
 
Haut